Turkey must respect our common standards with regard to human rights, democracy and the rule of law! [Speech]

The Congress asks the Committee of Ministers of the Council of Europe to invite the Turkish authorities to rescind the legislative measures on “mayors appointed by the central authorities” and restore the capacity of municipal councils to choose a replacement mayor. It also points out that the arrest of a local elected representative must be a decision duly substantiated in domestic law, taken in conformity with the standards of the Council of Europe and, in particular, with the European Convention on Human Rights.

Le Congrès demande au Comité des Ministres du Conseil de l’Europe d’inviter les autorités turques à annuler les mesures législatives relatives aux « maires nommés par les autorités centrales » et à rétablir la capacité des conseils municipaux concernés. Il rappelle, par ailleurs, que l’arrestation d’un élu local doit être une mesure dûment fondée en droit interne, prise en conformité avec les standards du Conseil de l’Europe et, en particulier, avec la Convention européenne des droits de l’homme.

The Congress suggests that the Venice Commission prepare an opinion on the constitutionality of the measures in Decree Law No. 674 which concern the exercise of local democracy in Turkey.

Congrès des pouvoirs locaux et régionaux demande à la Commission de Venise préparer un avis sur la constitutionnalité des mesures prises sur la base du décret-loi n° 674 concernant l’exercice de la démocratie locale en Turquie.

***

Council of Europe’s Congress adopts report on the situation of mayors in Turkey

Strasbourg, 29 March 2017 – On 29 March 2017, the Congress of Local and Regional Authorities of the Council of Europe adopted a recommendation and resolution on the situation of mayors and councillors in Turkey, and, in particular, on the detention of elected mayors and their replacement by mayors appointed by the central authorities. The co-rapporteurs Anders Knape (Sweden, EPP/CCE) and Leen Verbeek (Netherlands, SOC) presented the report prepared following two fact-finding missions to the country in 2016. [Full Document]

In the adopted texts, the Congress asks the Committee of Ministers of the Council of Europe to invite the Turkish authorities to rescind the legislative measures on “mayors appointed by the central authorities” and restore the capacity of municipal councils to choose a replacement mayor. It also points out that the arrest of a local elected representative must be a decision duly substantiated in domestic law, taken in conformity with the standards of the Council of Europe and, in particular, with the European Convention on Human Rights. The Congress also calls for Turkish legislation to be revised, in order to align its definition of terrorism with European standards, notably the case law of the European Court of Human Rights.

In addition, the Congress calls for a revision of the ministerial instructions of 11 November 2016 with a view to decriminalising the appointment of co-mayors. In this connection, it has agreed to put the review of the situation of Nurhayat Altun, member of the Turkish delegation of the Congress, on the agenda of its Bureau meetings until the end of legal proceedings. “Co-mayor” of Tunceli, Ms Altun was arrested on 17 November 2016 and is being held in Kocaeli F-type prison.

Aware of the threats that Turkey is facing, including an increase in terror attacks, the Congress stands ready to work with the Turkish authorities to strengthen local democracy and to combat terrorism and violent extremism. As part of its co-operation with its institutional partners within the Council of Europe, it proposes that the Human Rights Commissioner, in the framework of his visits to Turkey, pay particular attention to the situation of elected mayors and suggests that the Venice Commission prepare an opinion on the constitutionality of the measures in Decree Law No. 674 which concern the exercise of local democracy in Turkey.
[Final Document]

Le Congrès du Conseil de l’Europe adopte un rapport sur la situation des maires en Turquie

Strasbourg, 29 mars 2017 – Le Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe a adopté, le 29 mars 2017, une recommandation et une résolution portant sur la situation des maires et conseillers en Turquie, et, en particulier, sur les détentions de maires élus et leur remplacement par des personnes nommées par le gouvernement. Les corapporteurs Anders Knape (Suède, PPE/CCE) et Leen Verbeek (Pays-Bas, SOC) ont présenté le rapport élaboré suite à deux missions d’enquête qu’ils ont effectuées dans le pays en 2016. [Document Final]

Dans les textes adoptés, le Congrès demande au Comité des Ministres du Conseil de l’Europe d’inviter les autorités turques à annuler les mesures législatives relatives aux « maires nommés par les autorités centrales » et à rétablir la capacité des conseils municipaux concernés. Il rappelle, par ailleurs, que l’arrestation d’un élu local doit être une mesure dûment fondée en droit interne, prise en conformité avec les standards du Conseil de l’Europe et, en particulier, avec la Convention européenne des droits de l’homme. Le Congrès appelle à réviser la législation turque afin d’aligner sa définition du terrorisme sur les normes européennes, notamment sur la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.

En outre, le Congrès demande la révision des instructions ministérielles du 11 novembre 2016 en vue de dépénaliser la désignation de co-maires. A cet égard, il a décidé d’inscrire le suivi de la situation de Nurhayat Altun, membre de la délégation turque du Congrès, à l’ordre du jour des réunions du Bureau, jusqu’à la fin de la procédure judiciaire. « Co-maire » de Tunceli, elle a été arrêtée le 17 novembre 2016, et est maintenue en détention dans la prison de type F de Kocaeli.

Conscient des menaces auxquelles la Turquie doit faire face, comme la multiplication des attaques terroristes, le Congrès se tient prêt à travailler avec les autorités turques au renforcement de la démocratie locale et à la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Dans le cadre de sa coopération avec ses partenaires institutionnels au sein du Conseil de l’Europe, il propose que le Commissaire aux droits de l’homme porte une attention particulière à la situation des élus locaux à l’occasion de ses visites en Turquie et que la Commission de Venise prépare un avis sur la constitutionnalité des mesures prises sur la base du décret-loi n° 674 concernant l’exercice de la démocratie locale en Turquie.

Reklamlar